Astro City : C’était alors… Revue spéciale : Un prologue intrigant

ville astro revient avec un spécial unique mettant en vedette un nouveau mystère et un nouveau chagrin. Le nouveau Astro City : C’était alors… Spécial La spéciale aide à relancer la série après que Kurt Busiek a renvoyé la longue série d’anthologies de super-héros à Image Comics après un long passage chez DC Comics, d’abord chez Wildstorm et plus récemment sous les lignes Vertigo Comics, aujourd’hui disparues, de DC. Temps ville astro construit une impressionnante continuité à travers ses plus de 100 exemplaires, la C’était alors… Spécial choisit judicieusement de mettre de côté toute cette histoire avec une histoire centrée sur un nouveau groupe de héros, conçu pour amener les nouveaux arrivants dans le monde de ville astro avec un minimum d’interférences.

La spéciale se concentre sur un groupe de cinq super-héros adolescents qui partent en voyage à travers le pays pour “se retrouver”, combattant des super-vilains et faisant face à des pertes en cours de route. Le road trip a été alimenté par la mort des Jayhawks, un groupe de super-héros adolescents qui sont apparemment morts en combattant un groupe haineux en Alabama au début de l’été. Alors que le voyage semblait être une bonne idée au début, une grande scène de feu de camp révèle que chacun des adolescents a des idées étonnamment différentes sur l’avenir, certains déterminés à devenir des super-héros adultes tandis que d’autres penchent vers la retraite. Les résultats réels de ce voyage sur la route restent ambigus, car les dernières pages montrent le Samaritain (l’un des personnages principaux de Star Ville) qui réfléchit brièvement à un changement de garde et à l’impression d’une menace imminente, avant de terminer par une brève allusion au fait que tout cela pourrait être lié d’une manière ou d’une autre à la tragédie des Jayhawks.

ville astro cela ressemble souvent à une déconstruction et à une reconstruction du genre de la bande dessinée de super-héros, construit à partir d’une base aimante de bandes dessinées de l’âge d’or et d’argent. Alors que l’équipe créative de Kurt Busiek et Brent Eric Anderson se réjouit de trouver de nouvelles façons d’examiner les nombreux tropes et archétypes qui composent les histoires de super-héros, ils le font d’une manière qui met en valeur l’humanité des personnages plutôt que de révéler les ressources littéraires dont ils sont. construit autour. Parfois cela fait ville astro il se sent presque idyllique dans la nature, comme s’il construisait l’équivalent de super-héros d’une peinture de Norman Rockwell.

Cependant quand ville astro brille vraiment, c’est quand il capture la mélancolie qui imprègne la vie et l’utilise pour la pensée et pour construire des moments de caractère poignants qui sont universellement relatables. Temps C’était alors… se sent comme le chapitre d’ouverture d’une histoire plus longue plutôt qu’une bande dessinée autonome, c’est plein de mélancolie qu’il fait ville astro tellement bon parfois. Grandir face à la tragédie est difficile, et ville astro montre que ce serait encore plus difficile lorsqu’il est mélangé avec le contexte de la lutte contre les super-vilains. Et bien que je sois sûr que ce voyage à travers le pays obtiendra une sorte de résolution dans les prochains numéros, j’aime que nous n’obtenions pas de réponses claires pour l’instant. La plupart du temps, les voyages pour “se retrouver” n’apportent pas beaucoup de réponses et j’apprécie cela. ville astro reconnaissez l’encombrement et le manque de fermeture qui accompagnent ces pièces.

Astro City : C’était alors… Spécial c’est un cadeau mort que Busiek et Anderson n’ont pas manqué une étape depuis leur dernier voyage dans leur monde de super-héros aux couleurs vives. Alors que la bande dessinée sert à introduire un nouveau mystère dans le monde de cité astronomique, cela montre également que l’équipe créative n’a cessé de trouver de nouvelles façons d’utiliser les super-héros comme objectif pour examiner les sentiments très humains que nous avons tous, qui n’ont parfois pas de résolution claire.

Publié par bandes dessinées d’images

Au 30 mars 2022

Écrit par Kurt Busiek

art par Eric Anderson

couleurs par alex sinclair

lettres par Tyler Smith et Jimmy Betancourt

Couvert par alex ross

pdolending