Futsal les gars !!!!! Transmission – Révision

dans le roman homme faucheurfeu le grand Terry Pratchett a commenté que “Cinq points d’exclamation [are] le signe certain d’un esprit fou. Alors que Futsal les gars !!!!! n’est pas seul dans son enthousiasme pour son propre titre, ni à la hauteur de la tâche, que ce soit en termes de folie liée au sport ou d’amour pour son sujet – la série s’inspire clairement de d’autres titres sportifs plus réussis et rendant ce fait un peu trop évident alors qu’il a du mal à capturer son public et fait plus de quelques faux pas en cours de route.

L’influence la plus évidente sur la série semblerait être la série de volley-ball. Haikyu !!. Ce n’est pas seulement parce qu’il s’agit d’une équipe outsider pratiquant un sport de balle, mais parce que la dynamique des personnages est définie pour imiter ceux qui ont si bien réussi dans Haikyu !!. Nous avons le nouveau venu incroyablement excité Haru pour jouer le rôle de Hinata, l’ancien joueur vedette grincheux et égoïste Sakaki dans le rôle de Kageyama, un duo fougueux, un capitaine stoïque (en quelque sorte) et même un joueur de troisième année qui passe la plupart du temps. jeux sur le banc pour les étudiants de première année joyeux et talentueux à jouer. Bien que ces types de caractères ne soient certainement pas exclusifs à Haikyu !!cette série est parmi les plus récentes à en faire un succès retentissant, et le fait qu’ils soient tous si facilement reconnaissables sur Futsal les gars !!!!! Ce n’est pas un bon signe, d’autant plus que la série ne prend pas le temps de les développer en personnages au-delà de leurs tropes et, par conséquent, n’a aucun réel sentiment de tension ou d’urgence.

C’est surtout une question d’attribution. Avec seulement douze épisodes, la série est principalement dédiée à parvenir à une conclusion où nous avons vu l’équipe de Koyo s’améliorer, mais il n’est pas disposé à passer du temps à nous faire Fais attention qui sont devenus de meilleurs joueurs. Il ne suffit pas d’insister sur le refus de Sakaki de passer le ballon à qui que ce soit ; nous devons comprendre parce que c’est un problème qui nous attend depuis longtemps, et la même chose pourrait être dite pour la plupart des membres de l’équipe. La dynamique de groupe préférée du capitaine Toi n’est même pas mentionnée avant le dernier épisode, et les problèmes d’anxiété de Taiga sont à peine couverts avant de disparaître à l’arrière-plan. Del mismo modo, el hecho de que Haru estaba estudiando break dance (y era bastante bueno en eso) apenas se incorpora a la historia, a pesar de que en el primer juego que lo vemos jugar, lanza un movimiento que lo ayuda a marcar un but. Bien que ce mouvement spécifique revienne de temps en temps, il est toujours sous-utilisé, tout comme sa capacité apparemment très transférable en général. Pourquoi s’embêter à lui donner cet arrière-plan s’il ne va pas être utilisé régulièrement, surtout s’il est établi dès le départ que l’utiliser n’est pas de la triche ? De même, le sujet du père de Haru étant une star du futsal est à peine mentionné, ce qui est peut-être l’omission la plus étrange de toute la série. Les autres joueurs ne devraient-ils pas trouver cela plus intéressant ou significatif ? Bien sûr, “Yamato” n’est pas exactement un nom de famille unique, mais il est toujours étonnamment étrange que son passé passe à peine à l’écran.

Ce qui attire le plus l’attention dans la série, c’est le grand nombre de mignons lycéens portant des uniformes étranges. Koyo joue contre plusieurs équipes lors de matchs officiels, dont l’une a un uniforme vraiment malheureux qui combine le rose pastel avec des rayures de tigre blanc (encore pire si l’on considère que la plupart des garçons d’Adelbert Gakuen ont les cheveux pastel), et nous avons rencontré au moins deux autres , l’un lors d’un camp d’entraînement et l’autre juste de passage. Le premier est entièrement composé d’artistes professionnels et semble n’avoir que très peu de but autre que de s’assurer que les “idoles chaudes” sont cochées sur la liste de contrôle des “choses qui attirent les filles”, tandis que le second est l’équipe du directeur du lycée dans nos héros. ‘ Région. En effet, leur joueur vedette est le gars dont les mouvements ont inspiré Haru, mais quelques rencontres discrètes et un match de rancune raté entre les deux ne méritent pas sa présence dans l’histoire, qui aurait pu être déplacée avec Yamato. Idol reste une aspiration hors écran. Cela, au moins, aurait empêché leurs uniformes scolaires “d’évadés de la fanfare” d’agresser nos yeux.

Cela nous amène au principal défaut de l’émission : j’ai l’impression de parcourir une liste de choses qui ont bien fonctionné dans des émissions avec des acteurs masculins qui plaisent aux téléspectatrices dans le passé sans réaliser ce qui a fait fonctionner ces émissions. D’après ma propre expérience, ce qui est principalement attrayant dans des programmes comme Haikyu !! Soit IDOLISH7 Ce n’est pas le fait qu’ils soient pleins de mecs mignons, mais le développement du personnage et les interactions. Ils pourraient tout aussi bien être des limaces de jardin et être tout aussi bons, car la façon dont les différents joueurs évoluent en tant que personnages est le tirage au sort. Le format d’équipe permet simplement à ces interactions et développements de se produire, et le simple fait d’être une collection de personnages engageants ne suffit pas pour faire avancer les choses. Alors que Futsal les gars !!!!! fait un effort symbolique dans cette direction, en particulier avec l’amitié Taiga / Ryu et la rivalité Haru / Sakaki, sans passer de temps à les faire ressortir dans la série autrement bondée. Oui, c’est amusant de les regarder jouer à un jeu et gagner, mais cela ne suffit pas pour raconter une histoire complète, et le simple fait d’ajouter des éléments qui ont fonctionné dans d’autres titres ne rendra pas celui-ci particulièrement mémorable.

C’est dommage, car le futsal (une variante de football/soccer développée en Uruguay) n’est pas un sport très diffusé dans les anime et il y a des éléments de cette série qui sont attrayants. Cela n’aide pas non plus que l’art ait souvent des problèmes de perspective et que les prises de vue après action ne durent souvent qu’une image ou deux de trop. Le doublage est également bon, même si j’ai l’impression qu’il y a plus de bruits de tension que d’habitude; c’est peut-être parce que la musique est un peu décevante, ce qui les fait se démarquer davantage. Ce n’est pas une histoire aussi bonne qu’elle aurait pu l’être, embourbée à essayer d’inclure trop d’éléments d’autres émissions plus réussies et à ne pas passer de temps à en développer aucune. Si vous recherchez désespérément un programme sportif qui intègre le futsal, eh bien, jetez un coup d’œil JOURS en échange. Sinon, cela fonctionnera à la rigueur.

pdolending